Canada numérique 150

Message du premier ministre

Photo de Prime Minister Stephen Harper

Stephen Harper
Premier ministre du Canada

Les dernières années nous ont donné un aperçu du pouvoir incroyable qu'ont les technologies numériques d'améliorer notre qualité de vie, la productivité de nos entreprises et la force de notre économie.

Mais il ne s'agit que d'un aperçu. Pour les pays qui comprennent le potentiel de ces technologies — et qui se positionnent pour en profiter —, les avantages seront transformationnels.

Voilà pourquoi nous présentons Canada numérique 150, un plan audacieux pour guider l'avenir numérique du pays. Il établit une vision de ce que le Canada peut accomplir d'ici la célébration de notre 150e anniversaire en 2017, et au-delà.

L'ouvrage est conçu pour être flexible et ouvert : il est ajustable aux changements et adaptable aux nouvelles réalités. En outre, il vise à faire en sorte que la population canadienne profite non seulement de la révolution numérique, mais aussi qu'elle compte parmi ses chefs de file.

Le Canada est une puissance économique mondiale parce qu'il est ouvert et libre. Il est déjà un chef de file dans des domaines comme le commerce, les sciences, l'innovation et la culture. Le Canada est maintenant prêt à devenir le pays le plus technologiquement avancé de la planète.

Je vous invite à vous joindre à nous pour que le Canada devienne un pays vraiment numérique.

Message du ministre de l'industrie

Photo of Industry Minister James Moore

James Moore
Ministre de l'Industrie

Il y a près de 150 ans, les Pères de la Confédération ont imaginé une démocratie durable qui servirait de modèle à toute la planète sur les plans du progrès et de l'industrie.

Nous avons travaillé fort pour honorer cet héritage. Au fil de l'histoire du Canada, nous avons triomphé de la géographie grâce à notre imagination. Nous avons construit un chemin de fer à travers le granit dur et de hautes montagnes. Nous avons conçu la Voie maritime du Saint-Laurent, faisant passer des bateaux 100 mètres au-dessus de l'escarpement du Niagara. Dans ces exemples et bien d'autres, nous constatons que les Canadiens ont fait face aux défis de leur époque afin de construire une nation plus forte pour eux-mêmes, leur famille et les générations futures.

Aujourd'hui, nous vivons dans une ère numérique en constante évolution, où peu d'emplois, de secteurs et d'aspects de notre vie ne sont pas touchés par les nouvelles technologies. Notre défi consiste à brancher tous les Canadiens aux possibilités offertes par un monde numérique.

Le Canada a l'occasion de devenir un chef de file en cette nouvelle ère, mais le gouvernement a un rôle essentiel à jouer dans l'établissement, par des politiques publiques efficaces, des bonnes conditions pour encourager et aider les Canadiens à tirer pleinement profit des possibilités transformationnelles de l'avenir numérique. Voilà pourquoi le gouvernement a tracé une voie qui dote la population du pays des outils, des compétences et des protections nécessaires pour mettre à profit ces possibilités numériques.

Inspirés et guidés par nos aïeux, nous pouvons tirer des leçons de l'histoire qui a permis au Canada d'être un grand pays et faire preuve de la même ingéniosité et de la même inventivité qu'eux.

Nous vivons à un tournant d'une histoire de près de 150 ans. Nous vivons l'histoire du Canada.

En route vers 2017 :

Bâtir un pays dans un monde numérique

À l'époque où sir John A. Macdonald était premier ministre, le défi de la construction du pays consistait à rapprocher les Canadiens grâce à l'aménagement du chemin de fer national. Ces deux rubans d'acier reliaient la côte est à la côte ouest, raccourcissant les distances, stimulant le commerce et unifiant la population du pays.

Aujourd'hui, à l'aube du 150e anniversaire du Canada en 2017, nous faisons face à un défi très semblable, celui de rapprocher notre pays en le branchant. En fait, notre projet actuel d'édification du pays consiste à relever ce défi en reliant les Canadiens au moyen d'une stratégie numérique qui donne une orientation et une vision nouvelles. Il s'agit de la prochaine initiative de renforcement de l'unité de notre pays.

Notre économie, nos relations sociales, nos possibilités d'affaires, les arts, les occasions d'apprentissage — de larges pans de notre vie quotidienne — sont maintenant numériques. L'incidence du monde numérique sur notre existence continuera de s'intensifier de jour en jour.

Canada numérique 150 représente une approche exhaustive grâce à laquelle le pays pourra tirer pleinement profit des occasions de l'ère numérique. Il imagine un pays de citoyens branchés, dotés des compétences nécessaires à leur réussite.

Les Canadiens se situent au-dessus de la moyenne de l'OCDE sur le plan de la capacité d'utiliser les technologies numériques, les outils de communication et les réseaux.
Source : OCDE (2013), Perspectives de l'OCDE sur les
compétences 2013 : Premiers résultats de l'Évaluation
des compétences des adultes
, Éditions OCDE.

Le gouvernement joue un rôle de premier plan en voyant à ce que les consommateurs soient protégés et à ce que la discrimination par les prix cesse. Il a instauré des mesures visant à protéger les Canadiens et leur famille, tout en encourageant une saine concurrence et une baisse des prix à la consommation.

Cinq grands piliers sous-tendent notre vision d'un Canada numérique prospère d'ici le 150e anniversaire du pays en 2017 : un Canada branché, un Canada protégé, les possibilités économiques, le gouvernement numérique et le contenu canadien.

Les cinq piliers de Canada numérique 150

  1. 1 Un Canada branché
  2. 2 Un Canada protégé
  3. 3 Les possibilités économiques
  4. 4 Le gouvernement numérique
  5. 5 Le contenu Canadien

1 Un Canada branché

Pour être efficace, une politique numérique doit brancher les Canadiens grâce à un accès Internet haute vitesse et aux technologies sans fil les plus récentes.

Grâce à Canada numérique 150 :

  • Les Canadiens disposeront d'un plus grand choix de bouquets de canaux de télévision.
  • Plus de 98 % des Canadiens auront accès à Internet haute vitesse à la vitesse de 5 mégabits par seconde (mbps), c'est-à-dire à une vitesse permettant le cybercommerce, la vidéo à haute résolution, des possibilités d'emploi et l'éducation à distance, de manière à fournir aux collectivités rurales et éloignées des services en ligne plus rapides et plus fiables.
  • Grâce aux politiques du Canada sur le sans-fil, la population bénéficiera de prix concurrentiels, de plus de choix de services et de technologies de pointe dans toutes les régions du pays.
  • Le gouvernement optimisera l'utilisation des ondes sans fil publiques afin de fournir aux Canadiens l'accès dont ils ont besoin sur les appareils de leur choix.
  • Le gouvernement continuera de protéger les consommateurs et d'intervenir pour faire en sorte que les consommateurs aient de meilleurs services, plus de choix et des prix plus bas.
On prévoit que le trafic mondial de données mobiles sera multiplié par 13 entre 2012 et 2017.

Description de la Figure 1
Source : Cisco Visual Networking Index : prévisions 2012-2017 
relatives au trafic mondial de données mobiles.
*1 Exaoctet = 1 Milliard de gigaoctets



On prévoit que le trafic mondial de données mobiles sera multiplié par 13 entre 2012 et 2017.

1 Un Canada branché

Nouvelles Initiatives

  • Nous collaborerons avec le Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC) pour élaborer un plan de dissociation des chaînes de télévision et voir à ce que les fournisseurs par câble et par satellite proposent aux Canadiens l'option de choisir les chaînes qu'ils veulent.
  • Nous consacrerons 305 millions de dollars à l'élargissement et à l'amélioration de l'accès à Internet haute vitesse à une vitesse cible de 5 mbps pour 280 000 ménages canadiens des régions rurales et éloignées.
  • Nous tiendrons les enchères du spectre de la bande de 2 500 mégahertz (MHz) en avril 2015, afin de donner aux fournisseurs Internet davantage de possibilités d'offrir des services haute vitesse aux Canadiens des régions rurales et éloignées ainsi qu'une meilleure capacité dans les centres urbains.
  • Nous avons apporté des changements à la politique sur l'emplacement des nouveaux pylônes d'antennes, pour que la population locale et les gouvernements soient au cœur du processus de sélection des emplacements.
  • Nous tenons à réduire les frais d'itinérance sur les réseaux au Canada, afin d'empêcher les fournisseurs d'imposer aux autres entreprises des tarifs plus élevés que ceux qu'ils offrent à leurs propres clients pour les services mobiles vocaux et les services de transmission de données et de messages texte.
  • Nous mettrons en œuvre une politique « le spectre inutilisé sera perdu » qui visera toutes les entreprises détentrices de licences de télécommunications sans fil, afin que le spectre ne soit pas rendu inaccessible aux concurrents potentiels et qu'il puisse desservir la population canadienne.
  • Nous poursuivrons l'application du cadre sur le transfert des licences de spectre à l'ensemble des transferts, afin que les consommateurs bénéficient d'une plus grande concurrence dans le secteur sans fil.
  • En vertu du volet Infrastructures provinciales-territoriales du Fonds Chantiers Canada, les projets relatifs à la large bande et à la connectivité seront admissibles à un soutien fédéral.
  • Nous instaurerons des mesures d'application destinées à mieux
    protéger les consommateurs du secteur des télécommunications
    en habilitant les organismes de réglementation à imposer
    des sanctions pécuniaires aux entreprises qui enfreignent
    les règles établies notamment pour les services
    sans fil, l'utilisation du spectre et les pylônes d'antennes.

Améliorer l'accès au service à large bande à une vitesse cible de 5 mégabits par seconde pour jusqu'à 298 000 ménages canadiens de plus, ce qui portera la couverture à 98 % Source : Plan d'action économique de 2014.




1 Un Canada branché

Nos réalisations

Les tarifs moyens des services sans fil ont chuté de près de 20 % depuis 2008, mais les Canadiens paient encore certains des tarifs les plus élevés du monde développé. 94 $ - Forfait mensuel moyen (service sans fil mobile — niveau 3)

Source : Wall Communications Inc., 2013.

Un exemple de réussite : Le programme large bande Canada

L'accès à Internet large bande constitue une infrastructure essentielle à l'économie d'aujourd'hui. Il permet aux citoyens, aux entreprises et aux institutions d'accéder à de l'information, à des services et à des débouchés qui, autrement, seraient hors de portée.

Pour le gouvernement du Canada, la prestation de services Internet haute vitesse représente une priorité depuis les dernières années.

Voilà pourquoi, en 2009, dans le cadre du Plan d'action économique du Canada, 225 millions de dollars ont été consacrés à l'élaboration et à la mise en œuvre d'une stratégie visant à rendre disponibles les services à large bande au plus grand nombre possible de ménages non ou mal desservis. Large bande Canada : Un milieu rural branché s'est révélé le principal moyen d'atteindre cet objectif.

Grâce au programme, le gouvernement du Canada a fourni un accès à Internet à 218 000 ménages canadiens qui ne bénéficiaient pas de ce service auparavant.

Voici quelques exemples :

  • Grâce à l'expansion de l'accès à Internet large bande dans le nord-ouest de l'Ontario, 26 collectivités des Premières Nations bénéficient de services et de possibilités économiques.
  • Toute la population de l'archipel des Îles-de-la-Madeleine, située dans le golfe du Saint-Laurent au Québec, est branchée aux services Internet.
Tout le monde veut être de la partie. Les gens constatent les avantages et ce que cela signifie pour l'avenir, leurs enfants et notre collectivité dans son ensemble.

Chef Marie Quock, Première Nation Iskut, branchée à Internet grâce au financement de Large bande Canada

Un service Internet rapide et, ce qui est plus important, fiable, est très important pour nous à cause de l'éloignement de nos collectivités. Cette technologie de pointe nous procurera des avantages dans les domaines des affaires, de la santé et de l'éducation ainsi qu'à la maison.

Chef Rick McLean, bande de Tahltan, branchée à Internet grâce au financement de Large bande Canada

Le gouvernement du Canada a donné 
un accès à la large bande à 218 000 ménages canadiens qui en étaient dépourvus.

plandaction.gc.ca/fr/initiative/lacces-aux-reseaux-large-bande

2 Un Canada protégé

La population canadienne sera protégée contre les menaces en ligne et le mauvais usage de la technologie numérique.

Grâce à Canada numérique 150 :

  • Les Canadiens auront confiance que leurs transactions en ligne sont sûres.
  • Le Canada sera un chef de file de la protection de la vie privée en ligne de ses citoyens.
  • Nos familles seront protégées contre la cyberintimidation et les autres menaces en ligne.
Dans 74% des cas de cyberintimidation, des courriels ou des messages instantanés menaçants ou agressifs ont été reçus.

Source : Statistique Canada, Juristat, « Les incidents autodéclarés de victimisation sur Internet au Canada, 2009 ».

2 Un Canada protégé

Nouvelles Initiatives

Nos réalisations

En 2012, 32 % des ordinateurs 
de la planète étaient infectés par des logiciels malveillants.
Source : Rapport annuel de PandaLabs. Sommaire de 2012.

Augmentation de 600 % du nombre de sites Web hébergeant des logiciels malveillants, de 2011 à 2012.

Source : Websense 2013 Threat Report.

Un exemple de réussite : Le Guide Pensez cybersécurité pour les petites
et moyennes entreprises du Canada

www.pensezcybersecurite.ca
www.pensezcybersecurite.ca

Depuis son lancement, le Guide Pensez cybersécurité pour les petites et moyennes entreprises obtient l'appui de grands noms de la sécurité et des finances en ligne au Canada.

L'ouvrage renferme des recommandations pratiques pour les propriétaires et les gestionnaires d'entreprise sur la façon de sécuriser les appareils, les données, les sites Web, la présence dans les médias sociaux, les courriels et les autres systèmes numériques de leur entreprise, tout en présentant des renseignements utiles sur la budgétisation et la planification.

Le guide a été diffusé auprès d'organismes comme la Chambre de commerce du Canada, la Fédération canadienne de l'entreprise indépendante et l'Association des banquiers canadiens. Nous nous sommes aussi associés avec des sociétés privées, comme Symantec Canada et ADP, pour le distribuer.

En qualité d'autorité en matière de protection de l'information, Symantec est fière de collaborer avec le gouvernement du Canada et son initiative Pensez cybersécurité, y compris pour le guide destiné aux petites et moyennes entreprises. Il s'agit là d'un parfait exemple de la façon dont Sécurité publique Canada ajoute de la valeur en fournissant aux entreprises des ressources pertinentes à portée de la main.

Sean Forkan, directeur général et vice-président, Symantec Canada

3 Les possibilités économiques

Les Canadiens disposeront des compétences et des possibilités nécessaires à leur réussite dans une économie mondiale interdépendante.

Grâce à Canada numérique 150 :

  • Le Canada comptera parmi les chefs de file mondiaux en matière d'adoption des technologies numériques, secteur dynamique et en pleine croissance qui accélérera l'innovation à la grandeur de l'économie. Ce que les étudiants puissent acquérir les compétences de demain en leur facilitant l'accès aux outils numériques nécessaires à leur apprentissage.
  • Les entreprises canadiennes, grandes et petites, utiliseront des outils numériques pour stimuler leur productivité, développer leurs activités et conquérir des marchés en pleine croissance au pays et à l'étranger.
  • Le Canada sera l'un des chefs de file mondiaux de l'application des données volumineuses afin de changer nos idées sur les soins de santé, la recherche- développement et les multiples activités des entreprises et des gouvernements et de modifier nos façons de faire dans ces domaines.

3 Les possibilités économiques

Nouvelles Initiatives

3 Les possibilités économiques

Nos réalisations

  • Nous avons baissé le taux d'imposition du revenu des sociétés de 22 % en 2001 à 15 % en 2012.
  • Nous avons harmonisé les programmes pour soutenir le développement des compétences numériques et favoriser l'inscription dans les disciplines clés de l'économie numérique.
  • Nous nous sommes engagés envers une approche ouverte et multilatérale de la gouvernance d'Internet, qui est dirigée par le secteur privé et le milieu technique et qui a favorisé le progrès économique, l'innovation et le développement social.
  • Nous avons investi plus de 11 milliards de dollars dans les sciences et la technologie au Canada depuis 2006, fournissant ainsi l'assise pour l'appui à la recherche liée à l'économie numérique.
  • Nous avons financé le Réseau canadien des médias numériques (en anglais seulement), afin de mettre en rapport des entrepreneurs, des établissements de recherche, des sociétés et des gouvernements pour que le Canada devienne un chef de file des médias numériques.
  • Nous avons transformé le Conseil national de recherches du Canada (CNRC) en organisme de recherche et de technologie qui est axé sur l'industrie et soutient de grands projets.
  • En 2012, 71 % des acheteurs en ligne canadiens se sont procuré un produit numérique, par rapport à 59 % en 2010.
    Source : Statistique Canada, Le Quotidien,
    « Enquête canadienne sur l'utilisation de l'Internet, 2012 ».

  • Nous avons doublé les investissements dans le Programme d'aide à la recherche industrielle du CNRC, afin de mieux aider les petites et moyennes entreprises à devenir plus innovantes.
  • Nous avons mis de côté 50 millions de dollars en vue d'investissements futurs par la Fondation canadienne pour l'innovation, afin de répondre aux besoins criants en matière de cyberinfrastructure dans les établissements postsecondaires, en particulier pour le calcul de haute performance.
  • Nous avons financé l'Accélérateur technologique pour l'innovation et la recherche de CANARIE, grâce auquel les entrepreneurs peuvent concevoir, mettre à l'essai, prototyper et démontrer de nouvelles technologies.
  • Nous fournissons 3 millions de dollars par année à PerLE, service qui aide les entreprises canadiennes à trouver facilement et, souvent, à demander des permis et des licences d'affaires en ligne.

Un exemple de réussite : Shopify

Shopify, une société dynamique basée à Ottawa, fournit une plateforme de commerce grâce à laquelle des particuliers et des entreprises peuvent vendre en ligne, en magasin ou ailleurs.

Des modèles préconçus (thèmes) permettent aux gens d'établir un magasin en ligne, même s'ils ne possèdent aucune connaissance technique ou en design. Les magasins en ligne de Shopify sont devenus populaires auprès de particuliers, de grandes entreprises, d'artistes du disque, d'organismes et de tous ceux qui désirent vendre un produit.

Actuellement, plus de 90 000 magasins actifs dans 80 pays emploient la technologie de Shopify, y compris des entreprises canadiennes comme Canadian Icons, Herschel Supply Company, Luxy Hair et bien d'autres. Shopify a également attiré des entités internationales, comme Amnistie Internationale, Foo Fighters, Générale Électrique, et Tesla Motors, pour ne nommer que celles-là.

Shopify a récemment élargi sa gamme de produits et offre désormais un système de terminaux de point de vente qui permet aux détaillants d'effectuer des ventes hors ligne dans un établissement de commerce au détail. L'entreprise offre aussi un lecteur de cartes mobile grâce auquel les marchands peuvent traiter les paiements par carte de crédit au moyen d'un téléphone cellulaire.

De plus, grâce à l'option Shopify Payments, les marchands clients de Shopify peuvent maintenant accepter et gérer les paiements effectués avec des cartes de crédit directement par l'entremise de Shopify, plutôt que d'avoir à recourir à une passerelle de paiement tierce.

www.shopify.ca (en anglais seulement)

Nous sommes une fière entreprise canadienne et nous pensons que le fait d'être basés ici constitue un avantage concurrentiel. Nous croyons que le Canada est un endroit incroyable pour lancer une entreprise, avec un accès sans pareil aux gens talentueux. Nous avons de grandes universités et un formidable bassin de programmeurs, d'ingénieurs et de designers.

Harley Finkelstein, responsable principal des plateformes, Shopify

4 Le gouvernement numérique

Le gouvernement du Canada fera preuve de leadership dans le recours aux technologies numériques et aux données ouvertes.

Grâce à Canada numérique 150 :

  • Le gouvernement du Canada sera un chef de file de l'utilisation des technologies numériques dans ses relations avec la population canadienne, en rendant l'accès aux services et à l'information en ligne plus simple et plus rapide.

Au gouvernement :
60 systèmes de courriel différents, 300 centres de données partout au pays, 3 000 réseaux électroniques non coordonnés et qui se chevauchent sont en cours de fusion 
et de rationalisation pour mieux desservir les Canadiens.
Source : Services partagés Canada.

  • Les « données ouvertes », c'est-à-dire l'accès facile aux données gouvernementales dans des formats aisément utilisables, élargira le dialogue public, stimulera la mobilisation des citoyens et favorisera une plus grande collaboration entre les gouvernements, les entreprises, le monde universitaire et les particuliers.
  • Le Canada ouvrira ses coffres et diffusera des ensembles de données susceptibles de favoriser le développement économique, de stimuler l'innovation et d'aider à trouver des moyens de mieux faire fonctionner le gouvernement.

Le gouvernement du Canada a lancé sa Stratégie 
du gouvernement ouvert en mars 2011, puis a accentué son engagement en adhérant au Partenariat pour un gouvernement transparent à l'échelle internationale en avril 2012.

4 Le gouvernement numérique

Nouvelles Initiatives

  • Nous publierons une nouvelle version du Plan d'action du Canada pour un gouvernement ouvert, afin de mettre en évidence des engagements ambitieux pour faire progresser l'information, les données et le dialogue ouverts.
  • Nous mettrons sur pied « Sciences ouvertes » pour faciliter l'accès libre aux publications et autres données issues des travaux de recherche financés par le gouvernement fédéral.
  • Il sera possible de présenter en ligne un plus grand nombre de demandes d'accès à l'information, ce qui amènera plus de ministères à participer au projet pilote.
  • Nous publierons une directive sur le gouvernement ouvert pour que les ministères et les organismes fédéraux adoptent un ensemble de pratiques commun.
  • La mise sur pied de l'Institut des données ouvertes (en anglais seulement) encouragera l'utilisation de ce type de données pour accroître la productivité et créer de nouveaux produits et services qui profiteront aux Canadiens.
  • Nous continuerons de soutenir et de stimuler le marché des applications et de créer au Canada un écosystème de développeurs de données ouvertes bien de chez nous.
  • Nous créerons, pour l'accès aux services gouvernementaux, une nouvelle approche d'ouverture de session qui tire parti d'investissements de l'industrie afin de fournir une solution d'authentification en ligne qui soit axée sur le client et sécurisée, et ce, à un coût considérablement réduit pour les contribuables et d'une manière qui respecte la vie privée.
  • Nous améliorerons les outils en ligne destinés aux anciens combattants et à leurs familles, afin de leur donner un accès plus rapide à l'information et aux avantages.

Nos réalisations

  • Nous avons lancé et continuerons de développer Canada.ca, nouvelle présence Web du Canada qui vise à fournir aux citoyens un guichet unique pour l'ensemble de l'information et des services gouvernementaux. On pourra y accéder par de multiples plateformes sur des cellulaires et d'autres appareils.
  • Nous avons créé Services partagés Canada pour consolider les fonctions de soutien de la TI afin d'économiser de l'argent, de rationaliser les processus et d'offrir à nos citoyens de meilleurs services rapidement et efficacement. Dans ce contexte, plus de 60 systèmes de courrier électronique seront consolidés en un seul.
  • Nous avons créé le Programme d'innovation Construire au Canada, dans le contexte duquel les ministères agissent comme premiers utilisateurs et testent des prototypes mis au point par le secteur privé afin d'aider à faire passer de nouveaux produits et services de l'étape du laboratoire à celle de la mise en marché.
  • Nous avons lancé la Stratégie pour un gouvernement ouvert, qui vise à favoriser une transparence et une responsabilisation accrues, à offrir à la population canadienne de nouvelles occasions de découvrir les activités du gouvernement et d'y prendre part, et à agir en tant que chef de file en matière d'innovation et de débouchés économiques.
  • Nous avons créé le Portail des données ouvertes pour fournir un point d'accès unique aux ensembles de données gouvernementaux en vue de leur utilisation par des innovateurs canadiens.

Un exemple de réussite : L'expérience des
données ouvertes Canadienne

CODE logo

L'Expérience des données ouvertes canadienne (EDOC) est un « hackathon » national qui a pris fin le 28 mars 2014 à Toronto. Des étudiants, des entrepreneurs et des innovateurs ont rivalisé pour concevoir la meilleure application reposant sur des données ouvertes disponibles par l'entremise de donnees.gc.ca, le portail des données ouvertes du gouvernement du Canada.

L'EDOC visait à promouvoir l'utilisation des données ouvertes et à montrer aux jeunes développeurs et innovateurs dynamiques comment se servir du portail des données ouvertes pour développer des applications utiles et utilisables grâce aux données brutes gouvernementales.

On voulait ainsi inciter toute une génération de développeurs et de concepteurs à se concentrer sur la création, pour le Canada, d'applications innovatrices à partir de données ouvertes. Les résultats ont dépassé de loin les attentes.

Le thème de la compétition était « Résoudre des problèmes et augmenter la productivité par l'utilisation des données ouvertes ». En 48 heures seulement :

  • plus de 900 personnes de partout au pays et représentant chaque province ont participé à l'appathon;
  • plus de 100 applications de données ouvertes ont été soumises à la fin de l'activité, soit beaucoup plus que ce que nous avions imaginé.

L'EDOC est ainsi officiellement devenue le plus grand hackathon de l'histoire du pays, tout cela grâce aux données ouvertes du gouvernement du Canada.

L'engagement du gouvernement à réaliser le potentiel des données ouvertes et à stimuler l'innovation constitue une occasion en or pour les entrepreneurs canadiens.

Robert Herjavec, juge de l'EDOC et vedette de l'émission Shark Tank d'ABC

www.canadianopendataexperience.com/?locale=fr

5 Le contenu Canadien

Grâce à un accès en ligne facile au contenu canadien, nous pouvons célébrer notre histoire, nos réalisations artistiques et notre culture et les partager avec le monde entier.

Grâce à Canada
numérique 150 :

Au Canada, les arts et la culture apportent 50 milliards de dollars à l'économie et emploient plus de 630 000 Canadiens partout au pays. Source : Patrimoine canadien.

  • Les Canadiens bénéficieront facilement d'un accès en ligne au contenu canadien qui leur permettra de célébrer l'histoire, les réalisations artistiques et la culture de leur pays.
  • Les Canadiens se verront reflétés dans le contenu numérique et bénéficieront d'une gamme étendue de choix pour y avoir accès.
  • Nos industries créatrices seront mieux en mesure de saisir les occasions dans le secteur numérique, de promouvoir le contenu canadien et de jouer un plus grand rôle dans le marché mondial.

L'ONF travaille à numériser la totalité de sa collection de plus de 13 000 films afin de les rendre accessibles comme jamais auparavant et de les préserver pour l'avenir.

Source : Office national du film.

5 Le contenu Canadien

Nouvelles Initiatives

  • Grâce à notre partenariat avec Historica Canada, deux nouvelles « Minutes du Patrimoine » — de courts métrages au sujet d'événements importants de l'histoire canadienne — seront créées annuellement dès maintenant et jusqu'en 2017.
  • Nous continuerons de soutenir le Fonds du livre du Canada et le Fonds de la musique du Canada avec un financement permanent, pour la création d'un nouveau contenu numérique et l'amélioration de la visibilité du contenu canadien sur les plateformes numériques.
  • Nous continuerons d'appuyer le Musée virtuel du Canada et Ouvrages de référence en ligne, dont le nouveau Musée canadien de l'histoire sera responsable, afin de faire connaître en ligne les récits et les trésors du pays.
  • Nous continuerons de donner à Historica Canada la possibilité d'élargir le Projet Mémoire, archives numériques publiquement accessibles qui racontent, notamment, la participation du Canada à la Première et Seconde Guerre mondiale, à la guerre de Corée et aux opérations de maintien de la paix à travers les témoignages de milliers d'anciens combattants.
  • Nous continuerons d'appuyer la numérisation et la publication en ligne de millions d'images grâce au partenariat entre Bibliothèque et Archives Canada et Canadiana.org.
  • Nous continuerons de soutenir la création de contenu numérique grâce à notre partenariat avec l'Office national du film, notamment en ce qui a trait aux nouvelles applications innovatrices et interactives et les nouveaux canaux d'ONF.ca développés de concert avec des partenaires étrangers.

Bibliothèque et Archives Canada et Canadiana.org numérisent environ 60 millions d'images de nombreuses collections.

Source : Bibliothèque et Archives Canada.

5 Le contenu Canadien

Nos réalisations

EN 2010, plus de 150 projets financés par le fmc ont été vendus SUR 6 continents.

Source : Fonds des médias du Canada, ventes internationales.

Un exemple de réussite : Le projet mémoire

Le Projet Mémoire est une initiative nationale qui raconte la participation du Canada à de grands conflits dans le monde entier à travers les témoignages de milliers d'anciens combattants.

Portrait de groupe du 18e peloton du Corps des transmissions, pris au Camp d'instruction de base de l'armée canadienne no 20 à Brantford (Ontario), le 28 janvier 1942.

Portrait de groupe du 18e peloton du Corps des transmissions, pris au Camp d'instruction de base de l'armée canadienne no 20 à Brantford (Ontario), le 28 janvier 1942.

Portrait du capitaine Brian J. Murphy, Corps de santé royal canadien.

Portrait du capitaine Brian J. Murphy, Corps de santé royal canadien.

Officières des transmissions du Service féminin de la Marine royale du Canada (WRCNS), Halifax (Nouvelle-Écosse), octobre 1943.

Officières des transmissions du Service féminin de la Marine royale du Canada (WRCNS), Halifax (Nouvelle-Écosse), octobre 1943.

Le Projet Mémoire donne aux anciens combattants des deux guerres mondiales et de la guerre de Corée ainsi qu'aux soldats de maintien de la paix la chance de se raconter grâce à une collection sans précédent d'entrevues, et d'objets et de souvenirs numérisés. Ces archives permettent aux anciens combattants, aux étudiants, aux enseignants et, en fait, à tous les Canadiens de regarder et d'écouter en ligne des centaines de témoignages de militaires des quatre coins du pays.

Initiative d'Historica Canada, le Projet Mémoire est rendu possible grâce à un financement du gouvernement du Canada. On y trouve actuellement près de 2 800 récits d'anciens combattants et quelque 9 000 photos, ainsi que 23 plans de leçon et outils d'apprentissage dont les enseignants peuvent se servir en classe. Le site a accueilli plus de 140 000 visiteurs uniques en 2013.

Nous espérons poursuivre ce dialogue intergénérationnel en invitant chaque ancien combattant et chaque membre actif des Forces canadiennes à faire partie du Bureau des orateurs du Projet Mémoire pour qu'ils se racontent à la prochaine génération de Canadiens.

Brigitte d'Auzac de Lamartinie,
directrice, Programmes et communications, Historica Canada

www.leprojetmemoire.com

Vers l'avenir

Canada numérique 150 est un plan audacieux qui donnera une orientation et une vision nouvelles pour le pays. Il permet aux Canadiens de relever les défis et de saisir les occasions de notre époque, comme l'ont fait nos ancêtres durant la leur. Le Canada est bien parti pour devenir un pays numérique. Il s'agit maintenant de prendre les mesures cruciales afin d'écrire le prochain chapitre de l'histoire du Canada.

Cette stratégie exige que chacun d'entre nous contribue et fasse preuve de la même ingéniosité et du même enthousiasme que nos ancêtres pour réaliser cette immense tâche.

Pour les particuliers, il s'agit d'acquérir les compétences et de saisir les occasions offertes par l'économie numérique.

Pour les entreprises et les organismes sans but lucratif, il s'agit d'adopter les technologies numériques et de les intégrer dans leurs activités.

Pour le gouvernement, il s'agit de créer le climat et de mettre en œuvre les politiques nécessaires pour que le Canada soit à l'avant-garde du monde numérique.

Il faut absolument que notre plan soit constamment à jour, car, dans le monde numérique, le changement représente la seule constante. Nous sommes déterminés à actualiser continuellement Canada numérique 150 et à l'adapter pour mieux desservir la population canadienne.

Fermez la stratégie

Partagez cette page

Pour faire connaître cette page, cliquez sur le réseau social de votre choix :

Aucun appui n'est accordé, soit de façon expresse ou tacite, à aucun produit ou service.